Prendre la parole en public

.
.

Vaincre sa timidité, avoir confiance en soi, être un orateur à l'aise, cela peut se travailler!

 

C'est la fin de l'année et vous devez faire vos vœux. 

Vous allez animer une conférence et avez la gorge serrée rien que d'y penser?

Il va falloir que vous preniez la parole en public sans avoir la voix qui tremble ni la bouche sèche!

 

Contrairement à ce qu'on croit parfois, être un orateur à l'aise tout en étant calme et serein, cela se travaille.

Le contenu tout d'abord: il faut préparer sa conférence et ce qu'on va dire. Rien de pire que de devoir improviser quand on n'est pas sûr de soi à l'oral. Si vous le pouvez, essayez de répéter avant le jour j. Cela aide pour avoir confiance en soi. S'il faut maîtriser son sujet, mieux vaut, en revanche, éviter le par cœur ! Un bon orateur s'appuie sur un plan précis et un contenu travaillé mais il le raconte plus qu'il ne le récite..

Mais dans un processus de coaching, si on peut évoquer certains aspects méthodologiques, c'est surtout sur votre confiance en vous même et sur votre capacité à faire que nous allons travailler.

Pour se sentir bien face à un public quel qu'il soit, il est essentiel de travailler sur son estime personnelle. Il faut notamment chercher à faire le point sur le niveau de l'exigence que l'on s'impose. Souvent l'obstacle est jugé d'autant plus insurmontable, qu'on a soi-même placé le niveau à atteindre trop haut. Par exemple, on a souvent l'impression d'avoir été en dessous de tout alors que les personnes de notre entourage ont trouvé au contraire, que ce que l'on avait fait n'était pas si mal. C'est en faisant preuve de bienveillance et d'un peu plus d'indulgence vis à vis de soi-même, qu'on peut contribuer fortement à baisser son niveau de trac.

Si vous y arrivez et si c'est pertinent, l'idéal est aussi de s'appuyer sur une anecdote personnelle. Comme c'est une histoire qu'on maîtrise bien, cela contribue à mettre à l'aise et souvent, à détendre l'atmosphère pour vous comme pour votre auditoire. Le cerveau est ensuite dans de meilleures dispositions pour la suite du discours.

Selon le contexte (plutôt personnel que professionnel), rien de tel que de prononcer en début de discours une ou deux phrases sur votre timidité ou votre manque d'aisance. Une fois que c'est fait, vous n'avez plus à vous préoccuper de les "cacher". Vous décharger votre esprit d'une tâche inutile pour vous concentrer sur le contenu de votre formation, de votre discours ou de votre présentation.

Le trac enfin. Se concentrer sur sa respiration quelques minutes avant de parler, est une bonne façon de faire retomber la pression et ne plus stresser. Maîtriser quelques bases des techniques de méditation, de visualisation ou de sophrologie par exemple, peut également être d'un grand secours pour retrouver son calme. Quand on en a l'habitude, cela peut même aider à se recentrer pendant qu'on parle et à dépasser sa timidité.

Conclusion pour oser prendre la parole en public, le coaching permet d'aller chercher les bonnes ressources en soi car ce n'est pas toujours facile de le faire tout seul.

 

 

 

N'hésitez pas à me contacter si vous voulez vous faire accompagner sur ce sujet!

Écrire commentaire

Commentaires: 0