Posture intégrative: du bricolage à l'intentionnalité
En tant que coach ou superviseur, nous concilions toutes sortes de méthodologies et de références théoriques dans le but de nous adapter au mieux aux besoins de nos clients et à leurs demandes. De la part de certains professionnels de l'accompagnement, cela est parfois taxé de bricolage. Or, c'est pourtant le coaching qui a été pionnier dans la construction d' une pratique de l'accompagnement qui intègre les apports de multiples courants psycho-sociologiques..

On associe souvent le burnout à des personnes qui subissent une surcharge de travail qu’elles n’arrivent plus à assurer. Il est souvent vu comme émanant de la personne qui s’effondre. Mais comme l’affirment les praticiens narratifs le problème n’est jamais la personne… En fait, ce que nous expliquent les approches systémiques c’est que celui qui porte le symptôme, le porte généralement pour tout le groupe. Autrement dit, quand un membre d’une équipe fait un burnout,...

Marketing du coach: Le produit c'est vous!
Parmi les coachs que je supervise, je constate souvent deux malentendus: Si un coach certifié peut tout à fait coacher tout le monde en sortant de l'école, cela ne signifie pas pour autant que cela soit suffisant pour vivre de ce métier... Si cibler son offre est LE conseil marketing donné par les écoles, cela n'a finalement pas beaucoup de sens de le faire sans avoir déjà un peu d’expérience pratique et commencer à bien se connaître en tant que professionnel de l'accompagnement ...

Lors d’une supervision collective, nous avons abordé un sujet qui concernait une des permissions essentielles qui nous garantissons à nos clients : le droit d’interrompre le coaching à tout moment. Cela m’a donné envie de partager quelques unes de mes réflexions sur le sujet… Permettre au client de pouvoir interrompre le processus de coaching est essentiel car cela fait partie de la démarche d’autonomisation du client. Et ce, quelle que soit la raison pour laquelle il décide...

Le coaching malade de la gestion?
Les coachs que je supervise ressentent parfois une certaine ambivalence vis à vis des objectifs du coaching. Relire la "société malade de la gestion" de de Gaulejac, m’a donné envie de rédiger un article: La logique de la gestion est au coeur de nos vies pros et même persos. Elle nous incite à toujours vouloir être toujours plus efficace et plus rentable ... Voulons nous vraiment, nous aussi les coachs, proposer à nos clients de faire "encore plus" et toujours "mieux"de la même chose?

Equilibre pro perso. Etre slasheur et polyacteur et s’investir professionnellement
Polyacteurs comme on est omnivore? Ce matin un article qui parle des hommes qui choisissent de ne pas sacrifier leur vie de père à leur travail s’est mis à résonner avec d’autres lectures: -sur les entreprises qui passent aux 4 jours de travail par semaine et dont les salariés plus satisfaits de leur équilibre pro-perso deviennent plus créatifs et efficaces pour au final en faire autant qu’avant… - sur les mères à temps partiel (dont je suis) qui nous disent depuis longtemps...

A la recherche des traces perdues: histoires de faux self
Pas facile de définir ce qu’est une personnalité en faux self (faux soi) . C’est Winnicott, qui le premier a décrit ce dont il s’agissait. Loin de tout sens péjoratif , il désigne le fait, qu’au fur et à mesure que le petit enfant se détache des figures parentales, il doit apprendre à s’adapter à son environnement. Le faux self est donc tout à fait normal ... jusqu’au moment où la sur-adaptation ( aux parents, à l’école, à l’entreprise…) se fait au détriment du ( vrai) soi..

Rebondir quand le travail fait mal
Oui le travail peut rendre malade... Les salarié.e.s, cadres ou dirigeant.e.s se sentent de plus en plus souvent tiraillé.e.s par des injonctions paradoxales vidées de leur sens... Alors que les formations d'excellence ont longtemps enseigné comment gravir les échelons toujours plus haut pour dominer le terrain du jeu managérial, les valeurs du monde de l'entreprise sont en train de basculer...

Posture internalisante ou externalisante: modèle ABCDE d’Ellis / prise de position de White
A. Ellis propose un modele (dit ABCDE) issu des approches de développement de l’Intelligence émotionnelle M. White, un des fondateurs de l’approche narrative propose dans "maps" une démarche qui pourrait sembler très proche avec ses cartes de prise de position. Or si Ellis et White s’intéressent tous les deux aux Faits, le 1er présuppose qu'il existe une « réalité objective » alors que le 2e postule une réalité subjective ... et cela change tout!

Lors d’une conversation entre superviseurs, nous nous sommes demandés si le profil des personnes qui venaient nous voir pour la supervision individuelle était différent ou pas de ceux qui choisissaient la supervision collective… Le premier aspect auquel nous avons pensé concerne Le prix des supervisions C’est un vrai budget et ce n‘est pas évident de le sortir quand on commence! La supervision collective coûte moins cher, et c‘est probablement une des raisons qui poussent...

Afficher plus